Les partenaires sociaux

L’INRC est un organisme paritaire regroupant les partenaires sociaux représentatifs du patronat et des salariés. Cette parité donne à l’Institut une légitimité sur le champ social. Elle lui confère une cohérence pour travailler au développement d’une filière métier avec une vision d’intérêt général.

medefDiffusion de l’offre des entreprises et réponse aux attentes du client, création de valeur, développement des compétences des collaborateurs et organisation de parcours de formation : tous ces thèmes qui ont présidé à la création de l’Institut National de la Relation Client. Lire la suite

Ce sont autant de facteurs clés de compétitivité de nos entreprises, déterminantes pour la croissance et l’emploi de notre pays, qui sont également portés par le MEDEF. L’institut contribuera ainsi à l’excellence et au développement de cette filière en France, source d’emplois, dans une démarche qui croisera les approches intersectorielles et les initiatives sur le territoire. Pour porter cet objectif commun de développement de l’emploi, le MEDEF contribuera aux travaux de l’Institut.

Pierre GATTAZ Président du MEDEF

 

CGMPELes entreprises évoluent depuis toujours en fonction des changements de la société. La relation client est et restera au cœur de cette évolution. Particulièrement sensibilisée au développement de cette filière métier, la CGPME soutient la mission de l’INRC. Lire la suite

La relation client représente un enjeu économique de performance et de compétitivité incontournable pour les entreprises, et plus particulièrement pour les PME. En effet, la connaissance de chaque client à titre individuel est indispensable pour développer avec lui une relation durable et lui proposer une offre adaptée.

L’amélioration de la qualité de service des entreprises revient donc à pérenniser leurs activités tout en développant une relation mutuellement bénéfique avec ses clients.

La CGPME s’investira donc dans les travaux de l’INRC en apportant sa vision.

Jean-François ROUBAUD, Président de la CGPME

 

cfdt

« La CFDT milite en faveur d’un nouveau modèle de développement qui associe progrès économique et progrès social avec la nécessaire prise en compte de toutes les parties prenantes dont celle des salariés. Dans cette logique, la CFDT a participé activement à la création de l’Institut, seul lieu où seront réunis tous les acteurs de la chaîne de valeur de la filière relation client. Lire la suite

Dans la continuité de cette action, la CFDT prendra toute sa place dans le comité d’orientation et contribuera aux travaux des commissions et groupes de travail. Les travaux de ces commissions devront permettre de dégager des points de vue communs entre toutes les parties prenantes et mettre en œuvre des actions de progrès pour toute la filière. Parmi les priorités pour la CFDT, accélérer la prise de responsabilité sociétale des entreprises : inciter à ce que les entreprises investissent davantage le champ social en matière de conditions de travail et de formation, rénover les relations entreprises, sous-traitants, fournisseurs notamment en matière de politiques d’achat pour les entreprises. »

Laurent BERGER, Secrétaire Général CFDT

 

fo« C’est avec intérêt que Force Ouvrière participera au programme qui s’élabore aujourd’hui au sein de l’institut National de la Relation Client.

Par sa participation, en effet, FO souhaite pouvoir peser de son expérience et de son expertise dans la définition et la construction des thématiques, des champs d’investigation, et des résultats qui en résulteront. Lire la suite

Persuadé que la notion de relation client, et ce qu’elle implique, reste pour une large part à définir (au travers notamment de la notion de qualité, de la Responsabilité Sociale de l’Entreprise…) il est important, par conséquent, que l’ensemble des acteurs du monde professionnel puissent apporter leurs contributions.

Dans un contexte d’internationalisation toujours plus accrue de l’économie, la recherche de catégories et de « normes » nouvelles qui est indispensable nécessite un diagnostic, et l’initiative de l’INRC peut aider à cela. Entre l’actionnaire, le salarié et le client , les relations ne sont pas toujours aisées, loin s’en faut, et sont même souvent contradictoires.

Etablir un diagnostic qui soit capable à la fois de rendre compte de la relation client, et du secteur du service en particulier, considéré, comme l’a rappelé récemment fort justement  J. C. Graz spécialiste de ces questions, comme « l’un des traits les plus saillants  de transformations » qu’a connu l’économie mondiale ces dernières décennies. C’est pourquoi l’enjeu de sa « régulation » est cruciale. Rappelons que les services comptent aujourd’hui pour près de 80% de l’emploi total et du PIB, dans les économies de l’OCDE et plus de 50% dans les pays en voie de développement. Et ce même si une part non négligeable dépendent de l’industrie.

S’approprier les outils qui permettent de saisir en profondeur le rôle des normes internationales et des organismes en charge de les élaborer suppose au préalable, que les organisations syndicales de salariés en saisissent les enjeux, apportent leur regard critique et leur expertise, qu’ils en soient, en somme, parties prenantes. C’est là par exemple l’ une des raisons essentielles du Bureau International du Travail en termes de normes sociales. C est  à cette condition que lesdites normes auront une chance d’être comprises par tous, et en particulier par les salariés, principaux acteurs de leur mise en œuvre.

Confiant, que dans cette démarche ambitieuse portée par l’INRC, tous les efforts seront mis en œuvre pour aider demain les instances concernées par la consultation et la négociation entre interlocuteurs sociaux, que ces dernières se situent à l’échelle de la branche (essentiellement), de l’entreprise, ou encore dans le champ interprofessionnel.

Lieux privilégiés de l’élaboration de la « norme » sociale et professionnelle (droits des salariés, amélioration des conditions de travail…), nous espérons donc que lesdites instances pourront profiter pleinement du travail réalisé au sein de l’INRC, et qu’il contribuera ce faisant à rendre les rapports sociaux et professionnels plus efficaces, plus aisés, car plus éclairés par l’apport de celui-ci, et ce dans un sens qui ne perd jamais l’intérêt des salariés, ce qui, n’en doutons pas, est notre ambition à tous.

C’est en tout cas le rôle et l’ambition de FORCE OUVRIERE et c’est ce que nous entendons promouvoir. »

Jean-Claude MAILLY, Secrétaire Général Confédération Force Ouvrière

 

cftcLa Relation Client est une filière intersectorielle importante qui a  besoin d’une structuration économique et sociale autour des métiers, des conditions  économiques (et notamment les relations donneurs d’ordre/prestataires), d’emploi et de travail et ce dans le respect des branches professionnelles.
Lire la suite

L’Institut National de la Relation Client est un lieu unique d’animation paritaire intersectoriel rassemblant l’ensemble des acteurs. C’est pourquoi la CFTC a décidé de s’y impliquer aussi bien dans le Conseil d’Orientation Opérationnelle que dans les différentes commissions et groupes de travail.

La CFTC voit dans l’INRC le moyen notamment :

  • de capitaliser sur les travaux réalisés (télétravail,….) et de  développer un espace de recherche et d’innovation dans le but d’améliorer les conditions de travail,
  • de pérenniser les outils développés comme l’Observatoire de la Relation Client (qui a permis de disposer de chiffres fiables, d’un guide  des métiers,…), le Label de Responsabilité Sociale (qui a permis de supprimer les enchères inversées,…),
  • d’un « campus » permettant la formation initiale et continue des salariés ou futurs salariés de la filière
  • de développer le Label de Responsabilité Sociale et Environnementale
  • d’une animation territoriale avec un rapprochement entre tous les acteurs

C’est aux différents acteurs, ensuite, de s’approprier, notamment dans les branches et les entreprises, les travaux de l’INRC pour nourrir la négociation collective et contribuer à faire de cette filière un modèle d’excellence intersectoriel.

Pascale COTON, Secrétaire Générale Confédération CFTC

 

th« Le concept de « Relation Client » est devenu incontournable ces dernières années c’est pourquoi la CGT a décidé de participer aux travaux de l’institut. Que celle-ci s’effectue à destination de clients internes, externes, ou mêmes d’usagers, elle se base sur une organisation du travail où la satisfaction d’indicateurs divers et variés est privilégié au détriment du vrai rapport humain.
Lire la suite

C’est à partir de ce constat, que notre organisation s’investira dans cette institution, avec comme objectif l’amélioration des conditions de vie au travail des millions de salarié-e-s en contact avec des clients ou des usagers, par l’élaboration de bonnes pratiques en matière de formation, de reconnaissance professionnelle, de rémunération, d’évolution de carrière, etc.

Mais notre participation ne sera pas sans restriction ou en cautionnant certaines actions, comme l’existence d’un « Label de Responsabilité Sociale » qui n’aurait de social que le nom.

Nous serons donc vigilants à ce que ce nouvel institut améliore réellement la vie de millions de salarié-e-s. »

Christine CARLIER, Membre de la direction confédérale

 

cfe-cgc

La CFE CGC salue l’initiative de la création de l’Institut National de la Relation Clients.

Nous souhaitons être des membres responsables socialement et économiquement au sein de la commission paritaire compte tenu des enjeux économiques, des évolutions des marchés et du métier. Lire la suite

Notre volonté est de valoriser les métiers de la relation client encore fort méconnus du grand public et de proposer certaines actions en faveur :

  • De la qualification des métiers et des formations diplômantes ou qualifiantes
  • De l’intégration des personnes en situation de handicap
  • Des publics défavorisés.

Nous comptons être des acteurs tant que la responsabilité sociale que sociétale en apportant des idées tant novatrices que raisonnables en proposant des axes de travail comme :

  • La classification et le niveau de rémunération
  • Les conditions de travail et les risques psycho-sociaux
  • La formation aux nouvelles technologies

Nous veillerons également entre un parfait équilibre tant sur les prix que sur la délocalisation des prestations demandées aujourd’hui par les donneurs d’ordre.

L’institut National de la Relation Client est certainement un laboratoire qui va permettre d’aller vers un avenir prometteur pour les entreprises adhérentes, leurs collaborateurs et les usagers des services clients.
.

Carole Couvert, Présidente de la CFE-CGC

 

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Email this to someone